Suite aux évènements actuels concernant le COVID 19, Édition Gadoury se réserve le droit de reporter ou annuler toute commande en fonction des dispositions, obligations ou recommandations réglementaires émis par les autorités.
Nouveautés

Nouveautés

Grandes pénuries de petits lingots d'or et de pièces de monnaie

Publié en: Or
Grandes pénuries de petits lingots d'or et de pièces de monnaie

Quand les gens s’inquiètent de l’avenir, nous explique Elena Mazneva sur le site Bloomberg, ils se tournent vers l’or pour protéger leurs économies. C’est rarement plus vrai qu’aujourd’hui.

Elle explique dans un article que nous avons traduit pour vous que l’explosion de la demande et les perturbations causées par la pandémie de coronavirus ont créé une pénurie de petits lingots d’or, les plus populaires auprès des consommateurs. Ceux qui réussissent à mettre la main sur le métal doivent payer – bien au-dessus des prix de l’once coté sur les marchés financiers de Londres et de New York.

Certains commerçants communiquent désespérément avec des clients pour voir si quelqu’un est prêt à vendre leurs lingots d’or et leurs pièces de monnaie, et d’offrir une rare prime sur les prix au comptant. D’autres ont renoncé à faire du commerce.

« Les gens veulent acheter et non vendre de l’or », a déclaré Mark O’Byrne, fondateur de Goldcore, basé à Dublin. « Nous avons une liste d’attente des acheteurs et nous avons envoyé un courriel à nos clients pour savoir qui souhaitait vendre leur or. À l’heure actuelle, il n’y a à peu près qu’un ou deux vendeurs pour 99 acheteurs. »

La taille est une des principales raisons de la crise. Bien qu’il y ait beaucoup d’or dans une grande plaque tournante comme Londres, les banques et autres investisseurs institutionnels utilisent généralement de grandes barres de 400 onces. Ce n’est pas pratique pour une personne ordinaire qui ne veut peut-être pas dépenser plus de 600 000 $ pour une seule barre. Au lieu de cela, les investisseurs de détail préfèrent les kilobars (environ 32 onces), les lingots et les pièces de 1 once, ou quelque chose d’encore plus petit.

Ces petits articles deviennent difficiles à trouver pour plusieurs raisons. Premièrement, bien sûr, la demande a explosé. Mais il y a aussi eu des pressions sur l’offre, à mesure que les déplacements à l’échelle mondiale s’arrêtent et que certaines raffineries et ateliers ont cessé de fonctionner ou ont plafonné leur production à cause des lock-downs locaux.

Les primes sur le marché de détail « ont explosé », a déclaré Markus Krall, directeur général du détaillant allemand de métaux précieux Degussa. Le prix moyen des produits dans les magasins se situe entre 10% et 15% sur les prix au comptant, qu’il n’a jamais vu avant, dit Krall . La demande est aussi au plus haut niveau qu’il ait connu.

Certains produits ont également une prime plus élévée que d’autres. Les kilobars fabriqués par Argor-Heraeus SA, l’un des grands raffineurs suisses dont l’usine a été fermée depuis la semaine dernière en raison de la crise sanitaire, se vendaient pour plus de 6% au-dessus du spot, a déclaré Ronan Manly, un analyste au négociant Bullionstar de Singapour.

« Nous assistons à une situation sans précédent où l’énorme demande des clients et le décalage entre les prix physiques et les prix au comptant font grimper les primes d’achat », a-t-il déclaré. Les prix au comptant en provenance de Londres ou de New York « sont complètement détachés de la réalité sur le terrain. »

{{#groups}} {{product-name}} ({{count}}) {{/groups}}
{{#groups}}
{{/groups}}
{{name}}