Suite aux évènements actuels concernant le COVID 19, Édition Gadoury se réserve le droit de reporter ou annuler toute commande en fonction des dispositions, obligations ou recommandations réglementaires émis par les autorités.
Nouveautés

Nouveautés

Gold standard : un article très intéressant à lire

Publié en: Or
Gold standard : un article très intéressant à lire

Un vœu, un couronnement et un précédent : trois indices d’un gold standard 2.0 ?

« Nous devrions permettre à la Banque centrale d’acheter un éventail plus large de securities et assets ». Les paroles du président de la Federal Reserve Bank of Boston, Eric Rosengren, prononcées le 6 mars lors d’une réunion publique à New York, sont passées presque inaperçues, surmontées par le bruit de l’épidémie mondiale de virus coronarien et par les montagnes russes de Wall Street, nous rapporte Mauro Bottarelli, dans la revue en ligne Business Insider Italia. Mais aujourd’hui, après le Black Monday des Bourses mondiales, ils résonnent comme un présage, une prophétie, presque un spoiler.

Ensuite, une autre phrase très lourde est apparue dans le débat financier en cours. À la prononcer, ou plutôt à l’écrire noir sur blanc dans son Top of mind report, le chef du département commodities de Goldman Sachs, Jeff Currie annonce: « La situation actuelle est destinée à apporter plus d’instabilité dans le secteur des matières premières. Dans toutes, sauf une. L’or. Ce qui, à la différence des hommes et de nos économies, est immunisé contre le virus.

Qu’est-ce qui unit ces deux concepts, apparemment déconnectés, bien que tous les deux puissent être contextualisés dans le chaos qui a été déclanché, d’un événement catalyseur et détonateur d’une moisson de criticité trop longtemps laissé sédimenter comme de la poussière sous le tapis de la liquidité en pluie?

Une nécessité et un précédent historique.

La nécessité est celle, implicite et à moyen terme, contenue dans le souhait d’Eric Rosengren, de fait un premier pas vers le tournant japonais de la Fed dans l’achat également d’etf : dévaluer le dollar à travers le concept de Qe structurel, même avec un « plus» capable de convaincre les marchés, de les secouer de l’immobilisme de panique dans lequel ils sont tombés. Chock and awe. Opération simple en temps d’urgence ? Pas tout à fait, car un tel choix impliquerait un changement statutaire de la Loi sur la Réserve fédérale. Mais la question prend des contours plus intéressants si on la lit à travers le précédent historique, qui fait référence à ce qui s’est passé en 1933 et qui est bien résumé dans une reproduction d’un manifeste de l’époque, comme nous pouvons le voir sur le site businessinsider.com illustrant l’article ici traduit : pour assurer un bottom de retour au marché boursier dévasté par la Grande Dépression, le président Franklin Delano Roosevelt délivra en effet l’Exécutif Order 6102, avec lequel on abolissait non seulement l’or standard mais on confisquait tout l’or détenu par les citoyens. La raison de tout ça ? La dépréciation drastique du dollar par rapport à l’or, si bien que la Maison Blanche a porté le prix de l’once de 20,67 dollars à 35 dollars, en fait, en opérant une débâcle du billet vert d’environ 40%.

Cela dit, voici que le marché boursier a commencé à redémarrer, déclenchant le rallye qui a culminé avec l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale.

Qu’est-ce que cela a à voir avec la situation actuelle et l’invitation claire du président de la Fed de Boston à dévaluer drastiquement le dollar, en exacerbant le concept de Qe par un élargissement du plateau des achats? Nous le voyons d’abord dans le graphique visible sur ce même site, qui montre qu’au cours des deux dernières semaines le Dow Jones a été sujet à des écarts fous sur une base quotidienne, jusqu’à cinq swings de plus de 1000 points en dix séances de trading.

Lapidaire à ce sujet le commentaire de Kathryn Kaminski de l’AlphaSimplex Group interpellée par Bloomberg : Quelles sont les conclusions de mouvements de marché similaires ? Mais personne ne sait ce qui se passe.

Vision identique adoptée par Masanari Takada, analyste de Nomura, selon laquelle ce à quoi nous assistons n’est pas du tout semblable à ce qui s’est passé et vu jusqu’à aujourd’hui Sare. En effet, une correction de 10 % depuis les sommets rapidement atteints de la première semaine de mars n’avait pas été observée dans les premiers mois de 1929, c’est-à-dire juste avant l’explosion de la Grande Dépression.

Vous pouvez aussi sur ce même site voir le graphique, contenu justement dans le rapport de Nomura, qui met en perspective le parallèle : dans les cinq précédents des écarts si nets et paramétrés du Dow Jones enregistrés depuis 1900, ce n’est que dans un seul cas qu’un marché boursier durable s’est concrétisé.

En 1933, c’est-à-dire quand le président Roosevelt opéra de façon draconienne sur l’étalon-or et le principe de bien refuge de l’or (en le confisquant) en garantissant au dollar une dévaluation qui fit respirer Wall Street précisément à travers la remise en cause implicite du statut de bien-refuge par excellence du lingot.

En somme, en utilisant une métaphore, on a traité le marché comme un enfant à qui le père a enlevé les roues au vélo, le forçant à pédaler sans parachute. Mais peut-être, en lui offrant une alternative encore plus puissante et rassurante, comme l’a dit Rosenberg, presque un processus binaire. Bien sûr, aujourd’hui, il n’y a absolument aucune condition identique au mouvement qui a eu lieu après la dépression, en premier lieu pour la décision de Richard Nixon de fermer complètement le principe de convertibilité or du dollar. Mais aussi, une confiscation de masse n’apparaît que dans un film ou un livre de la veine dysopique, mais ce qui s’est passé précisément au prix de l’or pendant les tonphes généralisées des indices – soit une série de nette correction à la baisse qui, pour beaucoup, sont orchestrées par la Bank Of Japan avec des ventes record de notionnels à terme pour aplanir l’écart entre le prix de l’once et le yen, en parfaite dejà vu asiatique du mouvement accompli par le père du New Deal – laisse ouverte la porte à des interprétations même extrêmes des mots du numéro un de la Fed de Boston.

Surtout en relisant les écrits de Jeff Currie, par rapport à la nature immunisée contre tous les virus de métaux précieux par rapport à tout autre commodities. Pourquoi pourrait-on arriver à un tel scénario ? C’est ce que montre le dernier graphique visible sur le site, dans le rapport de Goldman Sachs, qui compare la stimulation économique de l’État en Chine et l’évolution des stocks d’acier (voir graphique).

Parce que si les prix du pétrole brut ont chuté de 23% depuis l’épidémie mondiale, ceux des barres d’acier sont encore aujourd’hui au-dessus des niveaux pré-contagieux de masse, malgré l’augmentation énorme des stocks. En somme, volatilité à long terme garantie et, paradoxalement, alimentée par des stimuli monétaires désormais inefficaces et old style.

Il pourrait donc s’agir d’un choc au sein du principe de QE, quelque chose similaire à la démarche de 1933, qui garantirait au dollar un nouveau statut de benchmark financier mondial. Cette fois, cependant, à côté de l’or et non comme alternative ou antithèse.

Et le fait que Donald Trump ait mentionné l’an dernier dans le conseil de la Fed une note partisane de l’étalon-or comme Judy Shelton a mené un débat tout autre chose que purement académique en ce moment, vu que c’est précisément l’attitude étrange de condescendance et de profil bas choisie par l’ancien membre du Comité des banques du Sénat américain qui a intrigué beaucoup de collègues banquiers et presse au cours de la dernière période.

Après les paroles d’Eric Rosengren sur le nouveau mandat de la Fed, le couronnement de l’or par Goldman Sachs et la chasse au précédent accompli par le nom, la règle des trois indices qui font une épreuve semble respectée. Quelque chose est peut-être en gestation. Sommes-nous au stade prodromique et embryonnaire d’un gold standard 2.0, fils biologique bien que illégitime de l’excès de dette post-Lehman?

{{#groups}} {{product-name}} ({{count}}) {{/groups}}
{{#groups}}
{{/groups}}
{{name}}