News

News

New book

Published in: Books
New book

Dear collectors,

One of our main news of this 2019 is our last book dedicated to Annam's Imperial Coins.

 

The author, François Joyaux, professor at the Institute of Oriental Languages and Civilizations (Paris) has published numerous studies both on French and foreign journals.

 

In this new work published by Editions V. Gadoury, are developed the history and the production of Annam's imperial coins.

 

The period of time treated in the book goes from the end of the 19th century until the disappearance of the Annamese imperial institution in 1945....from the most modest mintage (zinc and brass sacks) or the most prestigious ones (ingots, philong and money presentation coins and gold).

Médailles de Monaco

Published in: Coins
Médailles de Monaco
La plus grande collection de médailles de Monaco en ligne

Cher collectionneur de médailles de Monaco, ces nouveautés sont pour vous!

Saviez-vous que la première médaille connue serait une récompense faite par Alexandre le Grand au Grand prêtre Jonhatan? Elle lui fut remise pour avoir accepté d’intégrer son armée et c’est au Vème siècle que l’on voit l’apparition des médailles dont l’empreinte est en relief à l’avers et en creux au revers, elles sont nommées « bractéates ».

Si nous continuons à suivre le fil de l’histoire, c’est à la Renaissance que l’on situe la plus ancienne médaille coulée. Elle fut créée par Pisanello, en 1438, afin de célébrer la visite de l’Empereur byzantin Jean VIII Paléologue en Italie. Cet artiste, né à Pise, de son vrai nom Antonio di Puccio Pisano, ou Antonio di Puccio da Cereto peut être considéré comme le premier médailleur dont on connaît l’identité. Quelques années plus tard, au XVI ème siècle, la technique du coulage sera concurrencée par la frappe au balancier inventée par Benvenuto Cellini vers 1530.

Aujourd’hui, vous pouvez retrouver sur notre site un très grand choix de médailles de la Principauté de Monaco. En effet, les médailles, tout comme les monnaies, ont depuis des années marqué et célébré les évènements clés du pays. Qu’elles soient en bronze, en argent ou en vermeil, vous trouverez surement votre bonheur pour compléter votre collection.

Parmi de nombreuses autres médailles monégasques, nous pouvons noter celles de la Fédération Monégasque des Echecs. Cette fédération a été créée il y a plus de 50 ans et est affiliée à la fédération internationale depuis 1958. Notons aussi, du coté sportif cette fois-ci, des médailles olympiques, la médaille en bronze du Meeting International de Natation des 25 et 26 mai 1985 au Stade Louis II et la médaille en argent des deuxième Jeux des Petits Etats d’Europe en 1987 ainsi que des médailles d’escrime et de tir.

Ne manquez pas aussi la médaille en argent de Monaco qui représente la Princesse Grace Kelly tout comme celle de l’Association Numismatique de Monaco commémorant l’Année International de la Planète Terre en 2008.

Mais ce n’est pas tout….après les cartes postales de Monaco, de nombreuses autres médailles et Monnaies vous attendent. Découvrez les de suite.

 

L'or devient monnaie dans les bilans

Published in: Gold
Nous avons trouvé sur le site Il Sole 24 Ore cet article très intéressant que nous avons traduit pour vous. Banche, il ritorno del «gold standard»: l’oro nei bilanci diventa moneta

La question qui se pose actuellement est sans nul doute la suivante : Que se passe-t-il sur les réserves d’or mondiales ? Comme le spécifie ilsole24ore.com dans un article spécialisé, le marché de l’or connaît actuellement un climat de « guerre froide » pour la première fois depuis 50 ans. Les banques centrales ont acheté en 2018, 640 tonnes de lingots d’or, soit presque le double de l’année précédente. Il s’agit du niveau le plus haut depuis 1971, date à laquelle le Président Richard Nixon, mit fin à l’ère de l’Or Standard.

Ce qui est intéressant, c’est que les banques centrales européennes, en même temps que celles asiatiques, aient été plus agressives dans les achats d’or. Est-ce une peur de crise de l’euro et de guerre des devises?

En réalité, cela vaut surtout en Europe, car derrière les grandes manœuvres sur les réserves d’or, il n’y a pas que le traditionnel bouclier protecteur contre les grands risques. Un rappel dont peu semblent encore en avoir conscience, malgré que le rendez-vous ne soit maintenant plus qu’une question de semaines : l’incontournable 29 mars 2019. Le jour du jugement pour le Brexit sera aussi celui de l'avènement pour le marché de l'or.

Ce n'est pas clair si c’est par choix ou par hasard, que la Banque des Règlements Internationaux de Bâle, la "Banque des banques centrales" pour son rôle-clé dans le système financier mondial, a fixé en effet pour le 29 mars un rendez-vous avec l'histoire: la résurrection du Gold Standard dans le monde bancaire.

Pendant presque 60 ans, le gold standard a réglé la convertibilité entre or et dollar, en accrochant la valeur de marché: en 1971 ce fut le président américain Richard Nixon, effrayé par les pressions baissière qui risquaient de faire effondrer le dollar en pleine guerre froide a coupé le lien qu’il y avait avec l'or en décrétant la fin du «gold standard ». Maintenant les  choses commencent à se remuer en direction opposée.

L'or comme argent comptant

Il Sole 24 Ore a découvert qu'entre les réformes complexes, mais bien connues des standards pour le crédit et la finance au niveau « Bâle 3 », se cache une alchimie comptable apte à transformer l'or en monnaie dans les bilans des grands groupes bancaires. A partir du 29 mars, par décision du BRI, l'or en portefeuille aux banques commerciales et d'affaires devient "Cash Equivalent", un asset équivalent à l'argent comptant et ensuite "risk free." De fait, c'est la première "remonétisation de l'or" depuis les temps de l'accord de Bretton Woods: les techniciens l'appellent "Gold Remonetization", process inverse à celui de la "démonétisation" de l'or décidé par Nixon.

Même statut pour les bonds souverains

L'opération du BRI, selon ce qu’a pu reconstruire Il Sole 24 Ore, porte la signature du FED, du BCE, du Bundesbank, de la Banque de l'Angleterre et de la Banque de France, le G-5 des grandes puissances monétaires globales. En 2016, quand les nouvelles règles du système bancaire furent définies, insérez dans le paquet "Bâle" 3, le Comité des banquiers centraux a glissé une règle de portée périodique que personne n'a cependant jamais discuté ouvertement  en public. En pratique, l'or en lingots "physiques" - donc pas sous la forme "synthétique" comme les certificats - revient à être considéré par les régulateurs comme l'équivalent du dollar et de l’euro en termes de sûreté patrimoniale en éliminant ainsi l'obligation d'en peser le risque aux buts de l'absorption de capital, comme il arrive avec tout autre asset financier, exclu, pour le moment, les titres d'État de l'Eurozone.

Le virage n'est pas sans influence sur le marché de l'or et pour le rôle même des réserves d'or nationales. Le résultat est considérable: avec les nouvelles règles de Bâle 3, est assigné à l'or le même statut aujourd'hui reconnu aux bond souverains dans les bilans des banques. Une question vient spontanément: La promotion de l'or est peut-être la promesse de l’application d’un coefficient de pondération du risque aux Titres d'État possédés par les banques?


Depuis la crise de la dette, l'objectif des régulateurs a été double: imposer au système bancaire de détenir un patrimoine adéquat pour couvrir les risques. En ligne de mire, se trouve surtout les titres d’Etats, qui basés sur les règles actuelles, peuvent être détenus par les banques sans aucun impact sur leur patrimoine. Le problème concerne principalement les pays au bas rating comme l'Italie, l'Espagne, le Portugal et la Grèce, spécialement observés après la crise de la dette en 2011.

Les banques de ces Pays, soit pour augmenter la rentabilité (carry trade), soit pour faciliter l'émission de dette publique dans les enchères, ont le plus haut montant de titres d'État dans l'eurozone. Et ce phénomène est particulièrement entendu en Italie, où le système bancaire possède 400 milliards de BTP (Buoni del Tesoro Poliennali) sur les 2.400 milliards de dette publique. Que se passerait-il, si elle était appliquée à la pondération pour le risque sur les BTP comme le veut le Comité de Bâle?

Les conséquences dépendent du niveau de pondération du risque sur les BTP: s’il était haut, quelques banques pourraient être contraintes à substituer les titres à d’autres actions financières, or compris, ou a procéder à des augmentations de capitaux.

Du moment où le marché est rétif à acheter actions bancaires, le risque de répercussions sur la stabilité du système bancaire pourrait être haut. Il suffit de regarder le Crédit défaut swap, (l'assurance des risques de défaut) sur les banques italiennes : selon les données de Bloomberg, les Cds à 5 ans de quelques-unes d’entre elles parmi les plus grandes banques italiennes ont eu une forte augmentation depuis le printemps de 2018, dans quelques cas la valeur a même triplée. C’est dans ce contexte que la date du 29 mars se rapproche rapidement.

Les pays qui ont rapatrié l’or de l’étranger, reprenant le contrôle et la gestion se sentent déjà protégés du risque de se retrouver après le 29 mars à cours d’or physique à mettre à disposition des propres banques au cas où elles voudraient les substituer aux bond souverains.

Dans l’arsenal du système, il y a une montagne d’or de 33 000 tonnes métrique d’or qui vaut 1,400 milliards de dollars au change actuel.

Cela représente 20% de tout l’or extrait au monde en presque 3 000 ans.

Comme d'habitude, les Pays le plus clairvoyants et prudents - ou les mieux informés sur le virage de fin mars ont peut-être été l'Allemagne, la Hollande, l'Autriche, la France, la Suisse et la Belgique, mais aussi la Pologne, le Romanie et la Hongrie qui ont repris le contrôle des réserves d'or en augmentant aussi la consistance.

La Chine, la Russie, l'Inde et la Turquie sont par contre restées les nations qui ont acheté de l’or, dans les derniers deux ans, plus que n'importe qui d’autre, avec Moscou qui a vraiment liquidé le portefeuille en titres d'État Américains en entier, pour les remplacer avec le métal précieux. Mais le problème n'est pas celui-ci: il est sur le prix de l'or qui ne semble pas correct. En 2018, pas moins de 641 tonnes de lingots d'or ont été achetées par les autorités monétaires de chaque continent, mais surtout en Europe: c’est le chiffre le plus élevé depuis 1971. La manoeuvre n'a pas de précédents et elle doit être située dans le phénomène des rapatriements de lingots d'État confié en garde. Sept mille tonnes de réserves d’or ont été retirées par les banques centrales des coffres forts du Federal Reserve de New York, pendant que 400 tonnes sont sorties en grand secret de la Banque de l'Angleterre. Dans les dernières années, mais surtout en 2018, un bond du prix de l'or aurait été dans l'ordre des choses. Au contraire, l'or a fermé l'an dernier avec une baisse totale de 7% et un rendement financier négatif. Comment cela s'explique-t-il?

Pendant que les banques centrales ratissaient derrière les coulisses les lingots d'or "vrais", en même temps ils poussaient et ils coordonnaient l'offre de centaines de tonnes "d’or synthétique" sur les listes de Londres et New York, où arrivent les 90% des négociations sur les métaux précieux: l'excès d'offres de dérivés sur l'or servait pour en démolir le prix évidemment, en contraignant les investisseurs à liquider leurs positions pour limiter les fortes pertes accumulées sur les futures. Plus le prix des futures descendait ainsi, plus les investisseurs vendaient "l’or synthétique", en amorçant la spirales baissière exploitées par les banques centrales pour acheter l’or physique à prix de plus en plus bas. Sans aucun doute, l'or reste un refuge sûr. La Chine, l'Inde, la Russie et la Turquie ont pratiquement doublé leurs réserves d’or dans les cinq dernières années avec ce système.

Moscou, pour acheter de l’or, il a jusqu’à vendu les derniers 20% de titres d'État Américains qu'il avait dans les réserves monétaires.

Combien de temps une situation du genre est compatible avec les devoirs de correction et transparence d'une banque centrale? Il est certain, le système créé par les "Goldfinger" anglo-américains semble vraiment fait spécifiquement pour les abus. Peut-être qu'il arrivera après le 29 mars...

Retrouvez l'article original en italien 

{{#groups}} {{product-name}} ({{count}}) {{/groups}}
{{#groups}}
{{/groups}}
{{name}}